Ma Côte d’Ivoire à l’heure du Covid 19

Article : Ma Côte d’Ivoire à l’heure du Covid 19
6 avril 2020

Ma Côte d’Ivoire à l’heure du Covid 19

Le constat

A l’heure où le monde entier fait face à une crise sanitaire sans précédent ; à l’heure où l’être humain prend peur, peur de lui-même, peur de l’autre, peur d’être infecté par le fameux virus ; à l’heure où les grandes puissances cherchent des explications à ce qui frappe notre société ; à l’heure où les pays dits développés échouent à trouver un remède efficace contre la nouvelle terreur ; à l’heure où les morts se comptent par milliers en Chine, en France, en Italie, en Espagne, aux Usa, etc. …; à l’heure où les scientifiques de quatre continents (Europe, Amérique, Asie, Océanie) sont au travail, à la recherche d’une solution durable et efficace ; à l’heure où médecins, infirmiers et aide soignants de ces continents sont engagés avec une détermination sans faille sur le terrain ; à l’heure où les citoyens de la quasi-totalité des pays du monde sont solidaires des hommes et femmes en blouse blanche ; Que faisons-nous ? Que fait ma Côte-d’Ivoire ?

A l’heure où le patriotisme et le sens de civisme des hommes et femmes des pays occidentaux prennent le pas sur tout le reste ; à l’heure où les populations de toutes les nations du monde font bloc autour des pouvoirs publics en respectant les consignes et les gestes barrières ; à l’heure où le monde « sans mon pays » se dresse comme un seul homme pour sortir l’humanité de cette impasse ; chez moi en Afrique, principalement en Côte d’Ivoire, on insulte, on brûle, on pille, on ment, on incrimine, on débat, on accuse, on s’accuse, on bavarde, on gueule, on tergiverse, bref, on fait ce qu’on sait faire de mieux c’est-à-dire RIEN. Et les réseaux sociaux nous aident bien en cela. On est tous devenus des spécialistes. Un grand merci à Mark Zuckerberg au passage :). Pendant ce temps, le virus gagne du terrain et mon pauvre peuple ne fera que subir, encore et encore comme il sait si bien le faire. On encaisse et basta !

Lire aussi « Les Africains face au coronavirus : le cas de la Côte d’Ivoire »

A qui la faute ? Au manque criard d’éducation. Oui si nous étions un minimum éduqués, nous aurions, depuis bien longtemps, pris la pleine mesure du danger que représente ce virus ; nous aurions compris que les mesures prises par le gouvernement sont uniquement dans notre intérêt, nous n’aurions pas attendu qu’on nous dise de respecter des consignes, nous l’aurions fait de nous-même ; et surtout, nous ne nous serions pas permis de faire ce que nous avons fait à Yopougon. Quel beau gâchis !

Un patient pris en charge

A qui la faute ? A notre égoïsme légendaire qui se traduit par le manque d’altruisme de nos dirigeants qui réfléchissent d’abord en termes de « moi et ma famille » au lieu de penser au peuple qui les a élus. Ces dirigeants qui ne tarderont pas, si ça chauffe, à partir dans ces mêmes pays occidentaux pour se faire soigner et laisser leur peuple agoniser (aucune honte). Et toi population, tu n’as pas encore compris cela. Les gens sont dans leur manoir, ils font un minimum pour t’aider, tu vas t’en prendre à ce minimum, pfff. Au moins, ils essaient même si ce n’est pas grand-chose à nos yeux.

Quelle participation?

Là où les chercheurs occidentaux s’attellent et finissent par trouver, les nôtres, attentistes continuent de regarder, d’observer. Ils sont là, depuis des décennies. Je ne sais pas ce qu’ils cherchent mais je n’ai pas encore vu de resultat. Tous ces vaccins et médicaments contre les maux, même ceux qui ne touchent que le continent africain (le palu par exemple) sont élaborés, mis en place par nos camarades de l’autre côté et envoyés chez nous ensuite. Il faut néamoins reconnaître que les Etats africains ne font pas grand-chose pour offrir de meilleures conditions de recherche à nos chercheurs. Mais malgré cela, c’est nous qui nous plaignons. Nous accusons nos chers amis de tous les mots mais qu’a-t-on fait de notre côté ? J’aimerai bien le savoir ; Et c’est nous qui exigeons le respect. Ça se mérite ce truc-là, lol !

Les responsabilités sont partagées. Le manque de rigueur et de discipline à tous les niveaux de notre pays, de notre société est à décrier, du plus haut sommet de l’état au petit vendeur de savons du quartier, en passant par l’enseignant. Et il aura raison de nous si rien n’est fait. Populations de Côte-d’Ivoire, soyons d’abord disciplinés ; C’est à ce moment-là que nous pourrons exiger plus de nos gouvernants. Au moins, il nous reste une chose : prier. Priez tchêo ! Ça va aller.

Que Dieu protège l’Afrique. Que Dieu protège ma patrie et ses habitants.

Pensons à nous, aux nôtres et aux autres #SoyonsResponsables                                                                                   #PrenonsSoinsDeNousEtDelHumanité                                                                                      #StopCovid19

Partagez

Commentaires

Mamadou Habib KARAMOKO
Répondre

Très bien ma grande. Je partage tes analyses. Et je suis convaincu que c’est toi qui partage mes idées.

Sarah
Répondre

Lol ! Soit, espérons que les choses changent bientôt avec l'engagement de chaque citoyen ivoirien.